Présentation du programme

Pour notre programme, nous avons rencontré les Ucclois·e·s, notamment en faisant du porte-à-porte, afin que leurs préoccupations y soient intégrées mais aussi en leur offrant la possibilité d'y participer directement. Comme deuxième force politique et opposition constructive au Conseil communal, certaines de nos revendications sont devenues réalités. Nous voulons aller encore plus loin pour relever les défis globaux planétaires.

Le programme d'Ecolo-Groen peut se résumer en trois points transversaux :
1. TRANSITION. Nous voulons faire de Uccle une commune en transition grâce notamment à la diminution des déchets (pour, à long terme, tendre vers l'idéal Zéro Déchet), à la diminution de notre empreinte écologique (plus de local et de circuits courts, diminuer la consommation d'énergie), en nous passant des énergies fossiles (remplacées par des sources plus propres)...
2. PARTICIPATION. Nous souhaitons discuter avec tous les acteurs et toutes les actrices locaux·ales. Ceci concerne les citoyen·ne·s, le milieu associatif (ACQU, commerces, culturel, syndicats...), les organismes professionnels, les Asbl communales, les différents conseils consultatifs, le personnel des services publics et les partis démocratiques.
3. INCLUSION. Nous pensons le collectif comme un ensemble de différences devant construire un mode de fonctionnement acceptable et profitable à tou·te·s. L'inclusion concerne le sexe, le genre, la classe, la prétendue race, l'orientation sexuelle, l'âge, la santé...

Mes 5 mesures phares

  • 1ère

    L'égalité de genre dans les faits

    Autres Autres

    Le sexisme est un rapport de pouvoir asymétrique faisant système. Si l'égalité est perçue comme étant un droit, elle n'est pas encore un fait : il est dès lors nécessaire de proposer un nouveau contrat social qui soit égalitaire. Le sexisme s'inscrit dans un système hiérarchique plus large où la classe, la prétendue race, l'orientation sexuelle, la religion, la culture, l'âge, la santé, etc. sont aussi des vecteurs d'oppression et de discrimination, ils sont donc à prendre en compte. La commune, en tant qu'institution publique, a un rôle à jouer.

    Dans les grandes lignes :
    • Créer un échevinat "Genre", une charte de l'égalité, utiliser l'écriture inclusive ;
    • Gendermainstreaming (et genderbudgeting) : analyser l’impact en termes de genre
    de toute mesure et de tout projet communal ;
    • Repenser l'espace public pour qu'il soit inclusif et sensibiliser la population ;
    • Travailler avec les mandataires : atteindre la parité quantitative et qualitative dans les différents organismes communaux ;
    • Travailler avec le personnel communal en visant la parité quantitative et qualitative. Par exemple, féminiser les équipes masculines et masculiniser les équipes féminines.

    0
  • 2ème

    Donner leur place aux jeunes

    Jeunesse Jeunesse

    Les politiques concernant l'enfance et la jeunesse doivent viser :
    • Le bien-être en tenant compte des réels besoins des jeunes dans la commune,
    particulièrement les plus démunis ;
    • L’autonomie : permettre à chaque jeune d’être autonome et de s’émanciper. Les
    politiques doivent faire en sorte que les jeunes de la commune puissent s’exprimer,
    se réunir, s’informer, se déplacer de façon autonome ;
    • La mixité : afin de développer les liens sociaux et la solidarité au sein des jeunes et
    de la population en général.

    Quelques exemples :
    • Etablir et appliquer un Plan Jeunesse, rendre un service public de qualité accessible à tous et toutes, quel que soit le milieu d'origine ;
    • Penser des activités pour tous les âges et accessibles aux enfants porteurs d'un handicap ;
    • Reconnaitre et assurer le droit à la sécurité de tou·te·s les jeunes et faciliter leurs déplacements ;
    • Stimuler la créativité des jeunes, encourager l'intergénérationnel, favoriser leur apprentissage de la citoyenneté et les impliquer dans la participation locale.

    0
  • 3ème

    Pour une commune ouverte et éthique

    Gouvernance Gouvernance

    La commune peut être un lieu où l'on réinvente la démocratie. La démocratie représentative doit nettement évoluer vers la participation. Il faut réellement concerter les citoyen·ne·s, leur donner la parole et, plus encore, la possibilité de décider et d’agir, sur la base d’un cadre (pour éviter l’essoufflement, l’accaparement du processus...), d’un budget et d’un champ d’action (ma rue, l’environnement, la mobilité…). Le débat doit être réintroduit afin de placer les habitant·e·s dans une position propositionnelle aux vertus positives.

    Quelques exemples :
    • Les mandataires montrent l'exemple en matière d'éthique et de transparence : par exemple, pas de cumul, un échevinat s'occupe à temps plein, les mandats dans les Asbl doivent être gratuits ;
    • Plus de transparence depuis les élu·e·s vers les citoyen·ne·s, moderniser le Conseil communal, donner une information complète, claire et accessible aux Ucclois·e·s ;
    • Donner l'initiative aux Ucclois·e·s et stimuler la participation citoyenne et associative, gérer la commune avec les citoyen·ne·s.

    0
  • 4ème

    Environnement

    Environnement Environnement

    L'activité humaine génère des pollutions nocives, certes pour notre santé, mais d'autant plus pour l'environnement, qui ne connaissent pas les frontières. Quelle place donnons-nous à la nature quand on sait que c'est la ville qui s'est installée dans la nature et non l'inverse ? Comment respectons-nous celle-ci ? Sa faune, sa flore, sa biodiversité ? Les êtres avec qui nous cohabitons ?

    Quelques exemples :
    • Adopter un Plan communal Antipollution pour lutter contre la pollution atmosphérique, visuelle, lumineuse, sonore, par les ondes... ;
    • Gérer de manière écoresponsable les eaux et les espaces verts pour garantir les maillages bleus et verts, par exemple, favoriser les espèces indigènes et sauvages, planter des fruitiers, lutter activement contre les invasives, nettoyer les eaux et mettre les ruisseaux à ciel ouvert là où c'est possible ;
    • Rendre les citoyen·ne·s, les entreprises et les commerçant·e·s acteur·trice·s en les sensibilisant, en encourageant par exemple les pratiques écoresponsables, en octroyant des primes ;
    • Etre proactif·ve à la Commune : dans le bâti, les équipements et les espaces communaux en usant des alternatives aux pratiques polluantes (le sel en hiver, machine à essence...) et en encourageant la biodiversité, par exemple, par l'installation de nichoirs et d'hôtels à insectes, en laissant des endroits de terre libres pour les insectes, en plantant des fruitiers, etc.

    0
  • 5ème

    Et demain ? : une commune en transition

    Autres Autres

    Il faut encourager, augmenter et inscrire plus encore Uccle dans la dynamique des comités de quartier durables, du mouvement Uccle en transition, des repair cafés, des potagers collectifs, des paniers bio, des systèmes d’échanges locaux (SEL), des groupe d'achats solidaires (GAS), des coopératives vertes, des monnaies d'échanges locales complémentaires...
    La transition touche également la mobilité. La politique du tout à la voiture n'est pas tenable. Il faut favoriser les mobilités douces, comme la marche et le vélo en créant des piétonniers (en concertation avec les habitant·e·s et autres occupant·e·s du quartier) et en créant au moins 10 km de piste cyclable (c'est à dire presque doubler ce qui existe actuellement). Nous proposons aussi de généraliser la zone 30 à Uccle, sauf pour les axes principaux (50 km/h).

    0

Pour pouvoir faire une proposition, liker ou mettre en favoris, vous devez être connecté en tant que citoyen.

Se connecter S'inscrire