Présentation du programme

A Bruxelles, la répartition des revenus est beaucoup plus inégale que dans le
reste du pays. Les femmes sont les principales victimes des bas
salaires. A cela s’ajoute, un risque de pauvreté important pour les travailleurs peu qualifiés. En 2017, près de 2,23 millions de citoyens se sont trouvés en situation de pauvreté : 2,23 millions de personnes qui n’ont pu décemment se nourrir, se soigner, se loger ou élever leurs enfants. Or, la sécurité sociale, souvent unique recours des personnes en difficulté, est constamment mise à mal.
Parallèlement, le prix de l’immobilier, en location ou en achat, augmente de jour en jour, alors que le budget des familles de la classe moyenne ou défavorisée ne suffit plus à compenser cette hausse.La société belge est une société où de profondes inégalités se reproduisent de génération en génération, et l’école ne réussit pas à rectifier le tir. Le milieu social joue encore rôle primordial dans la réussite scolaire et sociale. Favoriser la qualité de l’enseignement et des espaces culturels partagés ainsi que renforcer la mixité générationnelle et sociale ne peuvent être dissociés d’un projet solidaire.
Alors que les politiques socioéconomiques sont menées au niveau fédéral ou régional, elles engagent aussi la commune dans sa prise en charge individualisée des personnes. La politique doit être au service du citoyen. Elle nécessite de lui donner la parole et le pouvoir.

Mes 5 mesures phares

  • 1ère

    ENSEIGNEMENT ET FORMATION

    Culture Culture

    Un tiers des jeunes bruxellois entre 18 et
    24 ans ont quitté prématurément l’école. Sans
    diplôme, la perspective d’un emploi stable,
    aux conditions de travail dignes, reste limitée.
    La régulation des inégalités individuelles
    implique :
    — l’augmentation des écoles de devoirs
    publiques et de proximité ;
    — la nécessité d’identifier et de pallier, dès l’enfance,
    les causes du décrochage scolaire,
    par le recrutement d’experts pédagogues ;
    — le soutien des projets d’immersion linguistique
    ;
    — une hausse et une diversification de l’offre
    en formation pour les jeunes et les adultes ;
    — la facilité d’accès à la formation des parents
    en situation monoparentale et dans le
    besoin via une meilleure prise en charge
    de leurs enfants.

    0
  • 2ème

    CULTURE ET SPORT

    Culture Culture

    Garantir l’égalité d’accès à la culture et à une
    pratique sportive pour tous nécessite :
    — le renforcement des partenariats scolaires
    du maternel au secondaire avec les milieux
    culturels et sportifs (cinéma, musée,
    bibliothèque, académie de musique, clubs
    sportifs…) ;
    — un guide et une cartographie de l’offre
    culturelle des artistes et des associations
    reprises dans le projet de cohésion
    sociale ; 
    — le réaménagement des infrastructures
    publiques et des salles sportives scolaires
    afin de répartir l’offre sur l’ensemble du
    territoire communal et la rendre accessible
    aux revenus bas et moyens ;
    — l’aménagement des lieux culturels et sportifs
    aux personnes à mobilité réduite ;
    — la promotion des tarifications sociales.

    0
  • 3ème

    EMPLOI ET INSERTION SOCIALE

    Emploi Emploi

    Le déséquilibre social résulte notamment du
    manque d’emplois. Bruxelles, ses communes et
    particulièrement les jeunes, les femmes et les
    profils peu qualifiés, sont les plus touchés dans
    une des villes au PIB le plus élevé d’Europe.1
    Environ un ménage sur trois dans la capitale
    vit sous le seuil de pauvreté.2 L’accès à un travail
    décent pour un salaire décent requiert :
    — le renforcement des demandes de subsides
    régionaux et européens pour la création et
    l’obtention d’emplois, notamment dans les
    secteurs communaux et les milieux associatifs
    ;
    — la hausse du budget d’insertion socioprofessionnelle,
    spécialement pour les publics
    fragilisés et peu qualifiés ;
    — un soutien et une diversification de l’offre
    en formation continue, le manque de
    places et de diversité constituant un frein
    à l’emploi ;
    — la centralisation de toutes les offres d’emploi,
    y compris celles issues des bureaux
    de consultance européens et de tous les
    secteurs privés, dans les centres Actiris, afin
    de toucher un large public.

    0
  • 4ème

    LOGEMENT

    Aides sociales Aides sociales

    Rare et cher, l’habitat demeure un problème
    récurrent. Il est impératif de lutter contre
    l’habitat précaire, de continuer la rénovation
    urbaine, de poursuivre la politique de développement
    de logements moyens et sociaux,
    encore trop faible par rapport à la moyenne européenne, et enfin de promouvoir les agences immobilières sociales actives à Ixelles
    en incitant les propriétaires à leur confier la
    gestion de leurs biens immobiliers.

    0
  • 5ème

    ENVIRONNEMENT, PARCS, ESPACES VERTS ET POTAGERS

    Environnement Environnement

    En matière d’écologie, la commune doit faire
    appel aux techniques les plus récentes de
    développement durable et s’impliquer dans
    la protection et la création d’espaces verts,
    primordiaux à l’amélioration de la qualité de
    l’air et des services écosystémiques. Cette politique
    doit soutenir les initiatives citoyennes par
    la création d’une plateforme de concertation
    en collaboration avec les universités et les
    hautes écoles. Ces projets demandent :
    — d’informer tous les Ixellois, également les
    enfants durant leur scolarité, de l’enjeu
    du recyclage, des techniques d’économie
    d’énergie et du non-gaspillage alimentaire ;
    — de créer des potagers dans l’enceinte
    scolaire et de protéger les potagers collectifs
    ixellois menacés par des constructions
    immobilières ;
    — d’encourager et de favoriser l’utilisation
    de la mobilité douce et des transports
    en commun (aménagement de parcours
    agréables et sécurisés pour cyclistes et
    piétons, densification du réseau de transports
    en commun, notamment à technologies
    alternatives en matière d’émissions
    polluantes, en collaboration avec la régie
    des transports…) ;
    — d’augmenter la densité de plantation
    d’arbres dans les parcs et en voirie ;
    — de créer de nouveaux parcs à Ixelles
    comme l’ouverture au public du jardin de
    25 ares du Musée Wiertz, l’aménagement
    d’un jardin public sur le réservoir d’eau de
    Vivaqua et l’octroi du statut de parc à des
    portions choisies du campus de la Plaine
    pour les protéger de futurs développements
    immobiliers ;
    — d’adopter un plan de protection des
    abeilles et d’organiser un comité d’apiculteurs
    pour identifier les plantes favorables
    à leur développement.

    1

Pour pouvoir faire une proposition, liker ou mettre en favoris, vous devez être connecté en tant que citoyen.

Se connecter S'inscrire